La Lettre électronique de Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret
Numéro 792 du 29 juin 2020
Retrouvez aussi Jean-Pierre Sueur sur 
facebook twitter
 
Après les municipales
 
S’agissant, d’abord, du Loiret, je veux dire combien je suis heureux de la victoire de Carole Canette et de son équipe à Fleury-les-Aubrais, près d’un quart de siècle après le départ d’André Chêne qui m’avait épaulé à la tête de l’agglomération d’Orléans – ce que je n’oublierai pas !
Comme tous les maires socialistes et de gauche ont été réélus dans la métropole d’Orléans et le Loiret, et que Patrick Hardouin à Neuville-aux-Bois et David Jacquet à Artenay ont été élus au premier tour, on doit pouvoir dire qu’il n’y a sans doute jamais eu autant de maires socialistes et de gauche dans le Loiret que ce n’est le cas aujourd’hui ! Restons modestes : nous ne sommes pas majoritaires. Mais on me pardonnera d’avoir quelque satisfaction en constatant cela après qu’il a été tellement dit que nous étions sur le déclin, que l’avenir c’était le « ni droite ni gauche », autrement dit la confusion généralisée.
Qu’on ne voie donc dans ce constat aucun sectarisme de ma part. À toutes les élections auxquelles je me suis présenté, j’ai toujours dit que j’étais socialiste. Et même socialiste rocardien. On m’a souvent dit que c’était imprudent. Non, je ne le pense pas. La politique a besoin de clarté. Ce qui n’empêche nullement que des élus de diverses tendances puissent s’unir – on le voit dans l’intercommunalité – pour porter des projets dans le seul souci de l’intérêt général.

Pour Orléans, je suis, comme on le comprendra, déçu du résultat. Je salue mes amis de gauche et écologistes qui se sont rassemblés et ont proposé pour ce second tour un programme solide. Mais, très franchement, je n’ai pas le sentiment que le résultat se soit joué – si peu que ce fût – sur les programmes ! J’aurais tant aimé que face à la guerre fratricide entre les deux candidats issus de la même majorité, une alternative progressiste et novatrice l’emporte… Je suis le dernier ancien maire de gauche de cette si chère ville… et j’aimerais tellement avoir enfin un successeur de gauche !
Mais il ne faut jamais baisser les bras. Et je le dis à mes amis : continuons à travailler sur la base de ce qui a déjà été fait en étant très attentifs  aux attentes des habitants et très attachés à une forte ambition pour notre métropole, qui doit tenir toute sa place avec tous les atouts – humains, culturels, naturels… – dont elle dispose. Et comme je ne serai jamais négatif sur Orléans, je souhaite « bon vent » au nouveau et ancien maire : au-delà des réelles divergences politiques qui nous séparent, au-delà de la vigilance qui pourra me conduire à exprimer des désaccords, je saluerai et approuverai – et pourrai soutenir – tout ce qui m’apparaîtra positif pour Orléans.
Mais venons-en au plan national. La première constatation que l’on peut faire, c’est que les partis de l’arc républicain dont on nous annonçait la disparition au motif qu’ils étaient relégués dans « l’ancien monde » ont tenu bon, préservé nombre de leurs acquis et conquis de nouvelles communes. C’est vrai, en particulier – mais pas seulement – pour les socialistes.
J’y vois la preuve que, pour que la politique retrouve sa crédibilité auprès de nos nombreux concitoyens qui s’en détournent, il nous faut des convictions, et non de la confusion. Oui, il nous faut des convictions fortes, des engagements forts, plutôt que des trahisons, compromissions, retournements et reniements qui ont – hélas – trop souvent fait l’actualité récente.

Deuxième constat, évident : ces municipales sont une large victoire pour le parti Europe Écologie - Les Verts, souvent d’ailleurs, uni avec les socialistes et d’autres partis de gauche.
Cette victoire est nette. Rien ne servirait de la minimiser. Elle porte un message clair : nos concitoyens veulent que les choix politiques prennent davantage en compte l’environnement, la qualité de la vie, le devenir de notre planète. C’est un message pour tous les élus quels qu’ils soient.
Je me suis souvent exprimé, depuis longtemps, sur l’écologie. J’y reviendrai. Je suis pour une écologie résolument humaniste. Je ne suis pas d’accord pour que « la nature sans l’homme » – qui est une abstraction – serve de modèle de référence à l’humanité. Je suis pour que l’on retrouve la nécessaire harmonie entre les hommes, les femmes et leur environnement, entre culture et nature.
Autrement dit, pour que le combat pour l’environnement aille de pair avec le nécessaire combat pour la solidarité, la justice, pour l’emploi pour tous, pour le développement économique – un autre mode de développement certes ! –, car sans développement économique, on ne créera pas les emplois d’aujourd’hui ni de demain.

Troisième et dernier constat : le taux d’abstention est vertigineux : 60 % ! Et j’entends, aujourd’hui même à la radio, que le taux d’abstention serait de 75 % chez les moins de trente ans !
Nous avons pourtant tellement dit et redit que la démocratie était un bien très précieux… sans être écoutés pour autant.
Au-delà des explications liées au Covid-19, il est clair que le mal est profond.
Faut-il incriminer l’offre politique ? Je ne le crois pas : celle-ci était, partout, diverse et pluraliste. Il me semble qu’il s’agit plutôt d’une sorte de scepticisme largement partagé quant aux effets de l’action politique – « De toute façon, cela ne changera rien ! » –, d’une sorte de désenchantement…
À nous élus et responsables politiques de démontrer le contraire.
À nous aussi de ne pas baisser les bras devant le désenchantement et le renoncement.
La politique ne peut pas tout. Elle peut et doit – toujours – être meilleure, même si elle véhiculera toujours des passions et des ambitions propres à l’espèce humaine. Mais sans elle, il y a quoi ? La dictature ou l’anarchie…
… Je pense à ces instituteurs qui enseignaient que voter est un devoir sacré. Ils ne doutaient pas un instant de la République. Ils étaient les « hussards noirs de la République. »
Jean-Pierre Sueur
Dans les médias
Une interview de Jean-Pierre Sueur sur LePoint.fr : "Il y a urgence à réformer le parquet"

Jean-Pierre Sueur a accordé une interview au Point sur l'urgence à réformer le parquet.
>> Lire l'interview publiée sur le site de l'hebdomadaire
Sénat
"Pour une nouvelle ère de la décentralisation" : une résolution cosignée par Jean-Pierre Sueur adoptée par le Sénat

Le Sénat a adopté le 25 juin dernier une proposition de résolution présentée par le groupe socialiste et républicain, cosignée par Jean-Pierre Sueur, qui ouvre de nombreuses pistes pour une décentralisation plus forte et plus efficace, dans le respect des prérogatives de l’État et des collectivités locales.
>> Lire la résolution
 
Jean-Pierre Sueur est intervenu dans le débat sur le projet de loi sur l’organisation de la sortie de l’état d’urgence sanitaire

Intervenant le 22 juin dans la discussion générale sur le projet de loi sur l’organisation de la sortie de l’état d’urgence sanitaire, Jean-Pierre Sueur a exprimé le désaccord de son groupe avec ce texte qui tout en mettant fin à l’état d’urgence sanitaire du 10 juillet… rétablit toutes les dispositions de cet état d’urgence à la discrétion du Premier ministre. Il a notamment rappelé les remarques du Conseil d’État sur le droit de manifestation.
Le désaccord persistant sur ce texte entre le Sénat et l’Assemblée Nationale, la commission mixte paritaire s'est réunie le jeudi 25 juin au Palais Bourbon sans parvenir à un accord.
Jean-Pierre Sueur ré-interviendra lors de la nouvelle lecture de ce texte au Sénat, le jeudi 2 juillet à partir de 10 h 30.
>> Lire l’intervention de Jean-Pierre Sueur
>> Voir la vidéo
 
Jean-Pierre Sueur fustige l’abondance des ordonnances et l’absence de débat sur les projets de loi de ratification

Lors du débat en séance publique au Sénat le 23 juin dernier sur l’application des lois, Jean-Pierre Sueur est intervenu pour protester contre le recours excessif aux ordonnances et la quasi absence de débat sur les projets de loi de ratification, ce qui aboutit à dessaisir le Parlement de prérogatives importantes.
>> Lire son intervention
>> Voir la vidéo
 
Utilisation des points acquis au titre du compte professionnel de prévention

Par une question écrite, Jean-Pierre Sueur a interpellé Muriel Pénicaud, ministre du Travail, sur l’utilisation des points acquis au titre du compte professionnel de prévention.
>> Lire la question écrite
Loiret
Hutchinson

Jean-Pierre Sueur a participé à la réunion organisée le mardi 23 juin à l’initiative du maire Franck Demaumont, réunissant les élus du département et des représentants des salariés d’Hutchinson.
Il est apparu que 90 départs « volontaires » de salariés de 58 ans et plus étaient déjà actés et que deux cents intérimaires verraient leurs emplois interrompus – ce qui, concrètement, se traduirait par une perte de trois cents emplois.
Des pistes existent : d’abord recentrer les moyens d’Hutchinson (200 milliards d’euros ont été « remontés » d’Hutchinson vers la trésorerie de Total en 2019), mais aussi : une relocalisation en France de certaines activités, une diversification et un enrichissement des tâches exercées à Châlette, des plans de formation, notamment pour les salariés qui y ont moins accès.
Jean-Pierre Sueur a proposé de solliciter des réunions de travail avec le préfet du Loiret et avec le cabinet de ministre de l’Économie et des Finances, ce qui a suscité l’accord des participants.
Lire les lettres de Jean-Pierre Sueur :
>> au préfet de Loiret
>> au ministre de l’Économie et des Finances
 
Contacts
Permanence parlementaire
1 bis, rue Croix de Malte - 45000 Orléans - 02 38 54 20 01
E-mail : sueur.jp@wanadoo.fr
Bureau du Sénat
Palais du Luxembourg -15, rue de Vaugirard - 75006 PARIS - 01 42 34 24 60
E-mail : jp.sueur@senat.fr
L'agenda de Jean-Pierre Sueur, au jour le jour
La revue de presse