La Lettre électronique de Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret
Numéro 815 du 18 janvier 2021
Retrouvez aussi Jean-Pierre Sueur sur 
facebook twitter blog
 
SOS étudiants !

Ils ne sont pas les seuls, c’est vrai. Mais les multiples témoignages que je reçois m’incitent à envoyer ici un cri d’alarme. Nos étudiants sont de plus en plus nombreux à aller mal, très mal. Certains n’ont pas eu de cours en « présentiel » (comme on dit) depuis de très longs mois. Ils étudient dans des conditions dégradées, passant leurs journées devant leur ordinateur. Ils souffrent à la fois d’isolement social et de fins de mois difficiles. Nombre d’entre eux se découragent et « décrochent » ou envisagent de le faire. Il est de plus en plus difficile pour eux de trouver des « jobs » pour financer leurs études, faute d’offre. André Viola, maître de conférences à Toulouse écrit : « Il faut attendre 25 ans pour que l’État daigne assurer un filet de solidarité via le RSA. On nous rétorque qu’il vaut mieux que les jeunes travaillent ! Certes, comme à tout âge, mais où est le travail actuellement ? » Et il conclut : « Ne sacrifions pas nos jeunes ! » J’ajoute que nombre d’étudiants vivent dans des conditions précaires, connaissent la malnutrition, et que les dépressions sont nombreuses. Et cela malgré les efforts des enseignants et des personnels trop peu nombreux : ainsi, le nombre d’assistantes sociales sur les campus est dérisoire.
Face à ces constats, nous sommes en droit de demander des réponses et des perspectives.
Alors que l’on voit nos concitoyens se presser dans les hypermarchés ou les transports en commun, on ne comprendrait pas que les cours et les travaux dirigés en « présentiel » restent si limités. Il est clair que l’on peut faire plus et mieux pour toutes les années universitaires (et non seulement la première) dans le respect des règles sanitaires et en gérant bien les jauges.
Il faut, d’autre part, un discours clair et des perspectives claires. Les étudiants sont, à juste titre, préoccupés par la nature et la valeur des diplômes qui leur seront décernés. Ils ne doivent pas être pénalisés.
Enfin, il faut aider financièrement et matériellement les étudiants qui vivent dans la précarité. Bruno Le Maire ne manque pas de trouver des milliards quand c’est nécessaire. Mais aucun investissement n’est plus précieux que les jeunes et les étudiants de notre pays qui doivent pouvoir vivre mieux cette période difficile. Il en va de l’avenir de notre pays.
Jean-Pierre Sueur
Sénat
Justice des mineurs : Jean-Pierre Sueur interpelle Éric Dupond-Moretti

Lors de la récente audition du garde des Sceaux, ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, devant la commission des lois du Sénat, Jean-Pierre Sueur a interpellé ce dernier au sujet, notamment, de la justice des mineurs.
>> Voir la vidéo de l’intervention de Jean-Pierre Sueur
>> Voir la réponse du ministre et la totalité de l’audition
Loiret
Desserte de la gare de Dordives par la SNCF : une situation ubuesque qui doit cesser !
 
Je reproduis l’article de Pascale Auditeau paru dans La République du Centre du 16 janvier qui présente la situation ubuesque que vivent encore les usagers de la gare SNCF de Dordives.
Je demande instamment que cette situation cesse, que les usagers puissent enfin acheter des billets à Dordives… et que les engagements pris auprès de moi par écrit par les responsables de la SNCF soient scrupuleusement respectés, ce qui n’est toujours pas le cas.
JPS
Orléans
Robert Fortier nous a quittés

Tristesse d’apprendre le décès de Robert Fortier. Robert, qui a longtemps travaillé au BRGM, a été le deuxième président de l’Association des Habitants d’Orleans La Source. Il s’est beaucoup impliqué dans la Coordination des associations de La Source. Il était pleinement engagé dans toute la vie associative, défendant inlassablement la participation des citoyens à la définition des projets, ainsi que la solidarité : il était ainsi très actif au sein du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD). Estimé de tous, très ouvert à tous, Robert n’a pas compté son temps pour son cher quartier de La Source, qu’il aimait profondément. Je dis toutes mes pensées très amicales à son épouse Jacqueline et à ses enfants.
JPS
Un livre sur l’œuvre des architectes Jakob et MacFarlane, auteurs des « Turbulences » à Orléans

Je tiens à saluer la belle monographie consacrée à l’œuvre des architectes Dominique Jakob et Brendan MacFarlane réalisée par Philip Jodidio aux éditions Flammarion.
Nous avons la chance de compter dans le Loiret l’une des œuvres majeures de Jakob et MacFarlane, le bâtiment dit « Les Turbulences » situé le long des mails d’Orléans sur un espace qui fut longtemps occupé par ce que l’on appelait les « Subsistances militaires ».
Ce bâtiment illustre un parti pris résolument novateur, soucieux cependant de respecter l’existant, auquel la création ne s’oppose pas : elle cohabite avec lui et crée de nouvelles harmonies. Il témoigne également de la radicalité de leur approche des formes, des couleurs et de la lumière.
La forme des « Turbulences » a pu surprendre (photo ci-contre). Elle ne saurait laisser indifférent. Elle illustre bien le credo de nos deux architectes qui veulent « créer des paysages dans la ville » en mariant « trames et formes libres » eten s’attachant à la « fluidité des formes. » Et surtout, cette architecture (le contenant) est une réponse à ce que le bâtiment recèle : la collection exceptionnelle de maquettes de l’architecture de création du XXe siècle qui constitue l’originalité et le trésor du FRAC du Centre-Val de Loire. Si bien qu’il y a une singulière métonymie entre le « contenant » et le « contenu ».
Le choix des couleurs est radical. Il l’est d’ailleurs davantage dans les autres réalisations présentées dans le livre, qu’il s’agisse du « Cube orange » ou du bâtiment d’Euronews à Lyon, du conservatoire Nadia et Lili Boulanger à Noisy-le-Sec, du bâtiment des Docks en bord de Seine à Paris, ou encore du restaurant Georges qui, au Centre Pompidou, vient compléter – exercice périlleux ! – l’œuvre de Renzo Piano (photo ci-contre). J’approuve cent fois le choix de la couleur, ayant souvent déploré que, contrairement à ce que l’on voit dans d’autres pays, nos villes françaises fussent désespérément « grises ».
Le choix des lumières se traduit par les flux toujours changeants qui viennent animer les surfaces, imaginés par le duo d’artistes « Electronic Shadows » composé de Nazika Mestaoui et Yacine Ait Kaci. Ainsi, ce bâtiment qui « jaillit du site comme un signal fort envoyé aux architectes » est également mouvant et changeant sans que cela n’efface ses lignes ni sa structure.
Je termine en souhaitant que la parution de ce beau livre soit l’occasion de mieux faire connaître « Les Turbulences », ici et ailleurs, réalisation qui, avec les autres œuvres de Jakob et MacFarlane, séduit par sa rigueur et sa modernité, comme de l’autre côté du mail d’Orléans, la médiathèque de Dominique Lyon et Patrice du Besset.
Jean-Pierre Sueur
Histoire
La guerre de 1870-1871 dans le Loiret
Je signale l’ouvrage intitulé La guerre de 1870-1871 dans le Loiret qui vient d’être édité par Le Souvenir Français. Les hommes de « l’Armée de la Loire » payèrent un lourd tribut lors des combats qui ont eu lieu dans le Loiret au cours de cette guerre, il y a 150 ans. Cet ouvrage est une juste œuvre de mémoire à leur égard, qui rappelle leurs noms, lorsque c’est possible, et présente tous les monuments qui leur sont dédiés dans chacune des communes du département.
JPS
♦ Délégation générale du Loiret du Souvenir français, Maison Sonis, 3 allée du 2e Régiment de hussards, 45000 Orléans
 
Contacts
Permanence parlementaire
1 bis, rue Croix de Malte - 45000 Orléans - 02 38 54 20 01
E-mail : sueur.jp@wanadoo.fr
Bureau du Sénat
Palais du Luxembourg -15, rue de Vaugirard - 75006 PARIS - 01 42 34 24 60
E-mail : jp.sueur@senat.fr
L'agenda de Jean-Pierre Sueur, au jour le jour
La revue de presse