La Lettre électronique de Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret
Numéro 819 du 15 février 2021
Retrouvez aussi Jean-Pierre Sueur sur 
facebook twitter blog
 
Centre-Val de Loire
Sur les contrats de plan

Le hasard a voulu que j’assiste à la signature entre mon ami François Bonneau et le Premier ministre, Jean Castex, d’un contrat de plan très porteur dans notre région Centre-Val de Loire pour les années qui viennent, le lendemain d’un colloque consacré à l’action décentralisatrice et territoriale de Michel Rocard, au cours duquel les contrats de plan ont tenu une grande place…
En effet, certains avaient pensé en 1981 que le fait que Michel Rocard fut nommé ministre d’État, certes, mais ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire, était une sorte de marginalisation honorifique ! Autrement dit un « placard » ! Ils se sont trompés. Car je me souviens du dynamisme avec lequel Michel Rocard s’empara du sujet comme il le fit quand il devint ministre de l’Agriculture, maire d’une ville moyenne, puis Premier ministre… À vrai dire, il saisissait chaque occasion, quelle qu’elle fût, pour inventer, innover et agir.
Mais revenons au ministre d’État chargé du Plan. Et souvenons-nous que pour de Gaulle et pour la République gaullienne, le Plan était hissé au niveau d’« ardente obligation. » Mais pour ardente qu’elle fût, l’obligation ne se traduisit que trop partiellement dans les faits. Planifier, prévoir et préparer l’avenir est, certes, toujours difficile et hasardeux. Mais la vérité est que, depuis les débuts de la Cinquième République, les différents plans élaborés par d’ardents « commissaires » n’eurent pas les effets escomptés.
Rocard, lui, eut l’idée lumineuse d’inventer les « contrats de plan ». L’idée était simple. Au lieu d’édicter des plans venus du haut, conçus par des experts, d’ailleurs brillants, de l’État, les nouveaux plans seraient négociés entre l’État, les Régions, et aussi d’autres collectivités locales. L’État et les Régions, pour l’essentiel, se mettraient d’accord sur un programme pour cinq ans, voire davantage.
Le plan ne serait plus un long discours, mais un grand tableau où les différentes actions et les différents projets seraient listés, chiffrés, avec un chiffre précis pour le financement chaque année par l’État, d’une part, et par la Région et les autres collectivités, d’autre part, de chaque action et de chaque projet.
Et cela a remarquablement marché puisque depuis presque quarante ans on peut constater que le taux d’exécution de l’ensemble des contrats de plan est très significatif.
Il y a là un changement profond.
En un mot, le plan contractuel est apparu bien plus efficace que le plan autoritaire.
Cela s’explique aisément.
Chaque partie signataire agit en effet sous le regard de l’autre partie signataire. Elle sait que tout manquement sera critiqué par le cosignataire. Et c’est efficace !
… Voilà ce qui a nourri les débats du colloque de vendredi dernier… et ce qui inspirait mes réflexions ce samedi. Je mesurais combien cette innovation avait résisté à la pluralité des gouvernements et des exécutifs locaux successifs, et tout simplement au temps qui passe.
Oui, ce plan État-Région et le volet régional du plan de relance, également contractualisé, seront des atouts forts pour notre région dans les temps à venir, dès lors, bien sûr, que les engagements seront respectés.
Ce fut enfin une joie que de retrouver à cette manifestation le préfet Pierre Pouëssel qui a beaucoup œuvré pour l’élaboration de ces documents, qui est en train de surmonter une dure épreuve de santé et à qui le Premier ministre comme le président de la région ont exprimé toute leur reconnaissance.
Jean-Pierre Sueur
En photo de gauche à droite : Jean Castex, François Bonneau et Pierre Pouëssel
Essai
Sur le fanatisme et la radicalisation
Dans un essai pénétrant sur le fanatisme (Du fanatisme, éditions du Cerf), Adrien Candiard cite Voltaire, qui a déjà dit beaucoup de choses, très actuelles sur ce sujet, dans son Dictionnaire philosophique. Ainsi écrit-il : « Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ? » Adrien Candiard ajoute que, pour Voltaire, « la folie du fanatique est inexplicable, mais […] est le plus souvent manipulée par d’habiles marionnettistes, qui le font marcher à leur profit. Sans cette manipulation, on ne comprendrait guère que cette folie individuelle puisse conduire comme dans le cas des organisations terroristes, à de puissantes entreprises collectives capables de planifier des actions complexes. »
Comment lutter contre l’islamisme qui se traduit par le fait de mettre au-dessus des lois de la République, non pas la religion musulmane, mais un dévoiement de celle-ci, une dénaturation de ses principes ? Il n’est au fond, qu’une réponse : faire respecter, toujours et partout, les lois de la République. C’est simple, clair, lumineux. Ou du moins, ce devrait l’être !
Mais il faut aussi se pencher sur le phénomène de la radicalisation. Car même si l’engouement pour cette forme de fanatisme vient d’habiles « marionnettistes », force est de reconnaître que ceux-ci ont une réelle et redoutable efficacité. Car ceux qui sont sous leur emprise croient vraiment aux discours mortifères, et d’ailleurs meurtriers, qu’on a « planté en eux ». Ils y adhèrent.
Pour contrer ce radicalisme, on a longtemps cru qu’il suffisait de quelques bonnes paroles, quelques légers remèdes, quelques vidéos assénant des vérités contraires. Et que ces subterfuges auraient pour effet de « déradicaliser » (sic) les personnes concernées. Mais il n’en est rien. Ce sont de fausses solutions et de véritables illusions.
Pour ma part, je ferai davantage confiance aux psychologues, aux psychanalystes, à tous ceux qui peuvent aider un être humain à se tourner en profondeur sur lui-même. Je ferai davantage confiance aux longues capacités d’écoute et de dialogue des éducateurs, des enseignants, des bénévoles des associations, des adultes compétents, à tous ceux qui, ensemble ou individuellement, peuvent longtemps écouter et, après avoir écouté, parler en toute clarté à ceux qui sont à la dérive.
Et puis je ferai confiance à tous ceux qui ont pour mission de transmettre la connaissance.
Si l’islamisme et toutes les formes de fanatisme sont un dévoiement des religions, il faut alors que l’on puisse connaître ce que sont les religions et ce qu’elles ne sont pas. Il est prévu d’enseigner le « fait religieux » dans nos programmes scolaires. Encore faut-il définir ce qu’on appelle « fait religieux ». Et l’enseigner sans que cet enseignement ne donne lieu à aucune forme de prosélytisme – qu’il soit donc pleinement conforme à la laïcité.
Faute de connaissances en ce domaine comme en d’autres, on ouvre la porte à tout ce que l’ignorance porte en elle de dérives.
Et faute de connaissance de la réalité des religions, et de leurs fondements, comment comprendre une part si importante de notre littérature – de Racine à Voltaire et à Hugo et à tant d’autres – sans parler de la peinture, de la sculpture, du cinéma, de l’histoire, des civilisations… ?
Le remède, il est dans l’école, dans l’amour du savoir, de la connaissance et de la recherche de la vérité.
Lutter contre le mal, c’est s’attaquer à ses racines, à son terreau socioculturel : la misère, la guerre, l’absence ou la carence de culture et d’éducation.
Lutter contre le mal, c’est bien sûr lutter contre le terrorisme, comme le font nos soldats, nos policiers, nos gendarmes, nos services de renseignement : rendons leur hommage.
Lutter contre le mal, c’est faire prévaloir les lois de la République. Merci à toutes celles et tous ceux qui le font chaque jour.
N’oublions jamais que lutter contre le mal, c’est inlassablement opposer à toutes les formes de barbaries les lumières de la connaissance.
Jean-Pierre Sueur
>> Aux éditions du Cerf, 90 pages, 10 €
Économie
Situation des commerçants et des artisans

Jean-Pierre Sueur avait écrit à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, à la demande de plusieurs professionnels et d’élus – comme le maire de Vienne-en-Val –, à propos de la situation des commerçants et des artisans. Bruno Le Maire lui a répondu.
>> Lire la lettre de Bruno Le Maire
Orléans
Alfred Lenglain

Figure du quartier de La Source, à Orléans, Alfred Lenglain vient de nous quitter. Personnalité chaleureuse, il était d’un grand dévouement. Il l’a manifesté dans ses engagements syndicaux, sociaux et associatifs. Il a, en particulier, œuvré avec une grande ténacité pour une fiscalité plus juste dans son quartier de La Source. Je pense à ses proches et à ses très nombreux amis.
Livre
« L’Image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles », par Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann
Que l’Université de Lorraine s’intéresse à l’image de Jeanne d’Arc est, après tout, bien naturel. Elle l’a fait en organisant en 2018 un colloque sur le thème « L’Image de Jeanne d’Arc dans les littératures européennes des XIXe et XXe siècles : de la sainte nationale à la figure européenne » et en publiant un ouvrage éponyme sous la direction de Lioudmila Chvedova et Jean-Michel Wittmann. Il faut les remercier, car cet ouvrage est une somme qui nous apprend beaucoup sur l’image de Jeanne d’Arc dans la littérature française, mais aussi allemande, russe, polonaise, finlandaise et qui nous promène dans toutes les formes de littérature, de la poésie lyrique au pamphlet en passant par le théâtre et le théâtre populaire (ainsi le Théâtre du Peuple de Bussang, créé par Maurice Pottecher), mais aussi le roman, le roman populaire et la littérature marginale. Et pour nous en tenir à la littérature française, outre Péguy bien sûr, nous découvrons des pages souvent méconnues de Musset, Verlaine, Bernanos ou Joseph Delteil. C’est donc une « somme », en effet, que l’on parcourt avec grand intérêt, de page en page et de découverte en découverte.
JPS
>> Aux Éditions universitaires de Lorraine
 
Contacts
Permanence parlementaire
1 bis, rue Croix de Malte - 45000 Orléans - 02 38 54 20 01
E-mail : sueur.jp@wanadoo.fr
Bureau du Sénat
Palais du Luxembourg -15, rue de Vaugirard - 75006 PARIS - 01 42 34 24 60
E-mail : jp.sueur@senat.fr
L'agenda de Jean-Pierre Sueur, au jour le jour
La revue de presse